Pour situer les différents lieux cités ci-dessous vous pouvez récupérer
les cartes touristiques disponibles sur la page des cartes

Le Grand Lavasoa, le lac Ranofotsy et la Baie des Galions

Les monts du Grand Lavasoa, recommandé aux amateurs de trekking, permet d'avoir une vue magnifique sur l’Anosy verdoyant au Nord-Est, l’Androy aride à l’Ouest et sur la Baie des Galions au sud. Ces montagnes se situent entre Manambaro et la lac Ranofotsy. Le 18 octobre 1613 le navire portugais "Nossa Senora Da Esperanca" jeta l'ancre dans la baie protégée d'Italy (que l'on nomme aussi parfois Ranofotsy, du nom du cours d'eau qui s'y jette). Selon la tradition, le lieu est baptisé du Saint du jour de la découverte, et la baie portera alors le nom de Saint-Luc pendant quelques temps. Puis par mémoire on l'appela et appelle encore Baie des Galions car ils furent nombreux à y jeter l'ancre. A 40 km de Fort-Dauphin il faut prendre, pour s'y rendre, la RN 13 en direction d'Ambovombe, jusqu'au village de Manambaro (à 23 Km), puis une piste assez difficile (4X4 conseillé) qui aboutit au village Italy et à la baie. Ce site est très agréable avec une plage de sable fin immaculée et sauvage.
Le lac de Ranofotsy qui se jette dans la baie a une superficie de 500 hectares, une profondeur de 1 à 3 m (80% de la superficie a une profondeur de 1 m et moins) avec une turbidité élevée et presque 70% de sa surface recouverte d'une végétation algale et phanérogamique. Le vinany (ouverture entre le lac et l'océan) est ouvert chaque année de décembre à juin permettant à des espèces marines de s'introduire dans le lac : une activité de pêche y est donc assez intense et diversifiée.

Arboretum de Ranopiso

A 40 kilomètres de Fort-Dauphin (1 heure de route) en direction d'Amboasary-sud, au cœur de l’exploitation agricole de Ranopiso et des champs de Pervenche de Madagascar, cet arboretum est un conservatoire botanique où 90 % des espèces végétales sont endémiques. D’une surface de 2,2 ha, il regroupe environ 360 espèces (plantes médicinales, ornementales et oléagineuses...). Ouvert au public pour le sensibiliser à la protection d’un patrimoine végétal unique, c'est aussi un centre
d’expertise botanique pour les plantes malgaches, en relation avec l’administration des Eaux et Forêts. Une zone de forêt de 180 ha, située sur l'exploitation, a été mise en réserve protégée volontaire. Il s’agit d’une forêt de transition entre la zone humide de la côte Est et la zone sèche de l’Ouest. Ce biotope, très peu étudié, fait l’objet d’un inventaire floristique. A ce jour, 234 espèces ont été répertoriées dont deux n'avaient jamais été décrites auparavant. Vous y découvrirez tout sur la pervenche de Madagascar, son utilisation traditionnelle et ses propriétés anticancéreuses. La société SHTM peut préparer ce type d'excursion pour vous.

Le Cap Andavaka et la grotte Ankapaky

La grotte du Cap Andavaka est à trois heures de route de Fort-Dauphin. Pour y accéder il faut marcher une heure en bordure d'océan sur des platiers rocheux au-niveau même de la mer. La grotte et sa fraîcheur permettent le développement d'une flore humide et totalement inédite dans cette région. Quelques makis y ont élu domicile au fond. En gagnant le haut de la falaise, la randonnée se termine à travers la végétation adaptée à la sécheresse habituelle du sud malgache. Le circuit complet dure une journée et nécessite souvent d'être organisé à l'avance par un guide.
Le site est impressionnant : l'eau rugissante ressort en geysers par les anfractuosités de la roche, la mer forme par endroits des piscines naturelles, les énormes cavités qui donnent sur la forêt offre une vue sur l'océan au bleu intense... Un spectacle unique comme un peu le premier matin du monde. La société Air Fort Services propose l'excursion.

Sainte-Luce (village de Manafiafy)

Sainte-Luce, situé à une cinquantaine de kilomètres de Fort-Dauphin au nord-est, associe la beauté sauvage à l'histoire car c'est à cet endroit que débarquèrent en 1638 les premiers Français du navire le Saint-Alexis, commandé par François Cauche. Pour s'y rendre il faut compter 3 heures environ en 4x4 et prendre la route côtière en direction de Manantenina (RN 12A). Après avoir dépassé le village de Mahatalaky de 4 km, emprunter la piste sur votre droite qui vous mènera après 10 km jusqu'à l'Océan Indien et au village. La piste traverse un paysage luxuriant peuplé de népenthès. Le lieu est magique et enchanteur, avec son authentique village de pêcheurs situé au milieu des filaos et des cocotiers, bordé de magnifiques plages et abritant une petite réserve naturelle. La société Air Fort Services propose l'excursion. Absolute Travel propose également la location de bungalows luxueux sur place.

Amboasary-sud et le fleuve Mandrare


A 80 kilomètres à l'ouest de Fort-Dauphin, au coeur du bush, la ville d'Amboasary-sud est le centre économique des immenses plantations de sisals, lesquels constituent la principale ressource de la région. Cette excursion vous permet de passer de la région humide de l'Anosy à la région plus sèche de l'Androy et découvrir une végétation toute particulière.


Vous traverserez le grand pont en béton qui enjambe le fleuve Mandrare.



Le fleuve Mandrare est le plus grand du sud malgache, il ressemble à un torrent d'eau rouge, chargée de latérite, qui remplit son lit d'environ 800 mètres de large de décembre à mi-février. L'eau y est abondante jusqu'en août puis elle se raréfie jusqu'à décembre où l'on trouve un lit presque totalement à sec. Au moment de la crue le fleuve monte d'environ 7 mètres. A la saison sèche, sur le fin cours d'eau qui reste, des femmes lavent leurs enfants ou le linge, des hommes creusent des trous afin de récupérer l'eau douce souterraine du fleuve et récupère le sable pour la construction.
Voir le travail de mémoire et la vidéo exclusive de la construction du Grand Pont en 1957, devenu patrimoine historique disparu, sur cette page ici.


Le pont qui enjambe le fleuve pendant l'étiage, au mois de novembre avant la saison des pluies

Le lit du fleuve Mandrare à sec à la saison sèche

Le lac Anony

A 17 km et 30 minutes en 4x4 au sud d'Amboasary,
le lac Anony, fréquenté en saison par les flamants roses migrateurs qui se reposent auprès des dunes entre la mer et le lac, est de toute beauté : plages de sable blanc, bordées de filaos, pirogues et scènes de pêches dans les eaux saumâtres du lac. La superficie du lac est de 2300 hectares et la profondeur moyenne est de 5 à 6 m mais peut aller jusqu'à 12 m en période de crue. Il contient une forte densité de méduses de type Rhizostoma. Il est alimenté par la rivière Itarantsa et communique avec la mer par un “Vinany” qui correspond à une ouverture temporaire en saison de pluie uniquement. La largeur du cordon dunaire de 600 m au maximum qui sépare le lac de la mer est tel que le Vinany peut rester obstrué
plusieurs années de suite, jusqu'à ce qu'un cyclone, une tempête suffisamment violente, ou une rupture artificielle, comme celle provoquée en 1951 par la Compagnie de Sisal CAIM, intervienne pour le déboucher. Actuellement le Vinany est fermé depuis 1971. Le lac est entouré de terrains de culture de sisal.
Il est possible de bivouaquer le long du lac et le vent y est propice à la pratique de la planche à voile ou du kitesurf. Les étendues de dunes le long de l'océan composent un paysage fascinant. Les sociétés SHTM et Air Fort Services peuvent préparer ce type d'excursion pour vous.

La réserve de Berenty

La réserve de Berenty, créée en 1936 le long du fleuve Mandrare au nord d'Amboasary-sud, permet de protéger 240 hectares de forêt primaire endémique à la zone sud de Madagascar. Suite à la déforestation pour la plantation de champs de sisals par les colons français, Henry et Jean De Heaulme décident, dès 1935, de préserver des parcelles de nature le long du fleuve. Ainsi est né Berenty et sa rés
erve qui conserve la faune originelle des lieux. Elle comporte une partie de forêt dense à galerie, une forêt sèche typique de l'Androy et un musée sur la région et le peuple Antandroy. « Androy » veut dire en malgache : « Pays des épines ». On dit de cette région que c'est le pays où l'on a soif, où souvent l'on a faim mais où les hommes sont forts et fiers : à chaque étape de l'histoire politique de Madagascar les Antandroy sont restés insoumis et combattants pour préserver leurs terres et leur culture. Pour l'atteindre il faut traverser sur plus de 10 km une zone de champs de sisal au nord-ouest d'Amboasary-sud.
Cette réserve est de renommée mondiale : les chercheurs du monde entier viennent y étudier les célèbres lémuriens. Ce site enchanteur, où la faune et la flore sont variées, permet facilement d'observer et d'approcher des lémuriens dont les trois groupes dominant sont les makis catta (gris à queue annelée), les sifakas (ou Propithèques de Verreaux, les fameux lémuriens danseurs de couleur blanche) et les lémuriens bruns. Véritable sanctuaire de la nature, on peut également y observer des bandes de chauves-souris géantes (les fameuses roussettes) qui passent toute la journée à dormir la tête en bas au sommet des plus grands arbres, et de nombreuses espèces aviaires (99 y ont été recensées) dont certaines sont endémiques du Domaine du Sud, ou plus répandues à Madagascar (Héron de Humblot, Épervier de Madagascar, Ganga masqué, Coua géant, Petit-duc de Madagascar, Ninox à sourcils et Martin-pêcheur malgache). La réserve abrite également un hangar protégeant des avions du début du XXème siècle (véritables pièces de collection), des parcs (où vivent tortues radiées, des crocodiles et des serpents), un jardin botanique, un restaurant, un bar, des magasins et des hébergements (29 bungalows ou chambres très confortables). Tout est parfaitement agencé, la société SHTM contrôle l’accès à la réserve et les prestations sont un peu onéreuses : 80€ par personne tout compris (trajet aller-retour + droit d'entrée) sauf si l’on vient avec son véhicule personnel avec autorisation écrite de SHTM, dans ce cas le droit d'entrée est de 16€ par personne. Il est dommage que les tarifs ne soient pas dégressifs pour les groupes. Aux abords du parc, au village de Berenty, on peut voir le sisal sécher au soleil. Les 80 km à parcourir se font entre 3 et 4 heures de route sur des pistes parfois très vétustes, et le trajet est déjà une escapade inoubliable en soit. On peut prendre des renseignements auprès des hôtels du groupe SHTM à Fort-Dauphin : Le Dauphin, La Croix du Sud et Vinanibe Lodge.

La réserve de Kaleta

En remontant sur la Mandrare en amont d'Amboasary-sud et après la réserve de Berenty, la réserve de Kaleta près de la forêt communautaire d'Ifotaka présente l'opportunité de visiter une réserve au sein d'une forêt sacrée des Antandroy. Cette réserve privée est un peu moins bien structurée que la réserve de Berenty mais le prix d'entrée est en conséquence. Les espèces de lémuriens endémiques à la région y sont visibles, ainsi que de nombreux oiseaux et reptiles. Le droit d'entrée est d'environ 7€ par personne. Il y a possibilité de loger sur place dans un bungalow. C'est l'hôtel Kaleta à Fort-Dauphin qui propose cette excursion : 30€ par personne pour la journée comprenant transport aller-retour, droit d'entrée et repas sur place.

Les Chalets Communautaires d'Ifotaka

Le village d'Ifotaka se situe à un peu plus de 90km de Fort-Dauphin et il est possible de voir des grandes plantations de sisals, des tombeaux ainsi que d'assister à des fêtes traditionnelles malgaches... La musique, la danse, le dessin et l’abattage rituel des zébus sont autant de manifestations culturelles auxquelles vous serez conviés.
Les Chalets Communautaires d’Ifotaka (CCI) sont situés près de ce village sur les rives du fleuve Mandrare, au coeur de la spectaculaire forêt épineuse et sacrée des Antandroy. L’initiative des chalets communautaires a été lancée par la Tandroy Conservation Trust en 2003 pour aider les habitants à mieux préserver la biodiversité de leur région. Ces chalets ont été conçus par les chefs locaux et réalisés par des artisans autochtones. La communauté est propriétaire de 8 chalets et d'un terrain de camping. Tous les revenus sont réinvestis dans l’entretien et la gestion des chalets ou employés pour régénérer des secteurs dégradés dans la forêt qui sont contrôlés par la communauté.
Le centre propose donc l'hébergement, les excursions culturelles et environnementales, l’observation des oiseaux, la musique et la danse locale, les visites aux marchés et une gamme d’autres évènements culturels. La forêt d’Ifotaka abrite de magnifiques baobabs, quatre espèces de lémuriens (Sifaka, Catta, Petit Microcèbe, et Lepilemur à queue blanche), des iguanes, des caméléons, des tortues (y compris la tortue radiée menacée) et plus de 50 espèces d’oiseaux. Les réservations sont possibles à Fort Dauphin auprès de guides indépendants ou de tour opérateurs comme Air Fort Services et Chabani Travel Tours.
Vous trouverez également tout près le Mandrare River Camp (http://www.madaclassic.com/) proposant chalets et tentes sur les berges du fleuve.

Le Parc National d'Andohahela

Le Parc National d’Andohahela (inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 2007) se situe à seulement une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Fort-Dauphin. Digne du plus grand intérêt, ce parc d’une superficie de 76 000 hectares (et d'une altitude de 120 à 1972 mètres) abrite 13 espèces de lémuriens, 150 espèces d’oiseaux, 1800 espèces végétales et quantité d’amphibiens et de reptiles. C'est la seule aire protégée à abriter une forêt dense et humide au Sud du Tropique de Capricorne, elle est aussi la passerelle naturelle qui relie l’écorégion de l’Est à celle du Sud. En effet, la montagne Anosyenne arrêtant les pluies sur son versant est, le parc est le point de transition entre la forêt tropicale humide de l’est (Anosy) et la forêt sèche et épineuse de l’ouest (Androy) : le voyage à la croisée de ces deux mondes végétaux est fascinant. Cette aire protégée est gérée par Madagascar National Parks (anciennement ANGAP - Association Nationale pour la Gestion des Aires Protégées). Le prix du ticket d'entrée pour une journée est de 10000 ariary pour un visiteur non malgache, soit environ 4 euros (voir les tarifs ici). Les tickets sont à retirer soit aux bureaux de Madagascar National Parks, Gare Soarano, à Antananarivo (Tél. : + 261 34 49 400 55) soit au guichet unique à l’entrée de chaque parc et réserve.



Les sociétés SHTM et Air Fort Services à Fort-Dauphin peuvent préparer ce type d'excursion pour vous. Des sites aménagés de camping se situent également dans le parc. Si vous avez un 4x4 vous pouvez compter deux heures de route sinon vous avez trois options. La première c'est de rejoindre Ambatoabo ou Ankariera par taxi-brousse depuis Fort-Dauphin (tous les mardis), puis de marcher 8 km vers le village de Tsimelahy. La deuxième solution est de rejoindre Amboasary puis de marcher 4 km de Ranomainty vers Mangatsiaka. La troisième solution est de rejoindre Manambaro, de descendre au niveau du pont et marcher 13 km vers Malio. Plusieurs randonnées sont possibles dont l'une depuis l'entrée de tsimelahy (3 km, compter 2 heures de marche), l'autre depuis Mangatsiaka (4 km, environ 3 heures de marche) : pour ces deux randonnées le droit de guidage est de 7000 ariary. A l'extrémité de la boucle du circuit de Tsimelahy, on découvre un plan d'eau, le lac d'Antaravola, nourri par une succession de petites cascades où l'on peut se baigner. Un camp y est installé où l'on peut passer la nuit (5000 ariary par tente). Il existe aussi un campement à Mangatsiaka au même prix. D'autres circuits existent à Ihazofotsy (camp à disposition), Manangotry, Malio, celui qui relie Tsimelahy à Mangatsiaka et que l'on peut emprunter à vélo, et enfin le circuit Talakifeno-Malio avec un camp à Malio.
Une brochure peut être téléchargée sur le site du parc ou en cliquant ici.