Le Musée Fort-Flacourt et le site historique

De la Place de l'Indépendance (devant la Mairie, anciennement Place de France) avec sa vue sur le Vieux Port et le Pic Saint-Louis, on peut se diriger vers le Fort-Flacourt datant du XVIIe siècle. On peut alors admirer une porte d'entrée datant de 1643, construite sous Flacourt, Gouverneur de Madagascar de 1648 à 1655, par laquelle les militaires malgaches accèdent toujours à l'enceinte militaire du Camp Flacourt qui s'y trouve. L'accès au musée et au site historique se fait par le côté gauche le long de la falaise : la visite commence alors en longeant la falaise jusqu'aux restes d'un bastion de l'enceinte érigée par le comte de Maudave qui fut Gouverneur de la ville de 1768 à 1770. Restauré dans les années 1950, le bastion contient trois canonnières (canons de navires). En longeant le chemin de ronde après le bastion, on arrive aux ruines du fortin sud-est. De ce cap situé à l’extrême sud-est de la ville, vous avez une vue imprenable sur la grande Baie de Fort-Dauphin (Faradofay) et vous pouvez admirer à une bonne dizaine de kilomètres la magnifique presqu'île d'Evatraha. Vous pourrez admirer des pêcheurs sur les platiers rocheux en contrebas.
Le Musée Fort-Flacourt (ex Musée de l'Anosy) qui retrace l'histoire et la culture du peuple Antanosy et ses rapports houleux avec les premiers européens. Vous pourrez y découvrir des photos anciennes, des cartes de Flacourt, l'histoire coloniale de la ville mais aussi une bonne documentation et représentations sur les coutumes et traditions des ethnies locales, ainsi que la faune et la flore de la région Anosy.

Bastion de Maudave à trois canonnières

Vue sur la Baie de Fort-Dauphin depuis le site historique

Ruines du fortin sud-est à la pointe extrême de la ville

Le musée est ouvert du lundi au samedi de 08H à 11H et de 14H à 17H, le dimanche de 14H à 17H.
Le prix d'entrée est de 10000 ariary pour un étranger et de 2000 ariary pour un malgache.
En savoir plus : voir l'histoire de la région Anosy ici et l'exposition sur le Musée Fort-Flacourt ici.

Se promener en ville

La plage la plus populaire, une des plus belle aussi, est celle de Libanona où les couchers de soleil sont magnifiques. Très sûre c'est un véritable havre de paix et le lieu privilégié par les familles le weekend.

Plage de Libanona

Retour des pêcheurs à la plage de Libanona (pirogue à balancier)


En partant à pied de cette plage en direction de la mairie par la rue de la Corniche qui surplombe l'Anse Monseigneur, traversez le quartier de la communauté indo-pakistanaise jusqu'à la mosquée qui témoigne du rôle important que joue cette communauté dans l'économie locale.

 
                Mosquée de la communauté indo-pakistanaise                                                     Stèle située en face de la Mairie

A l'Anse Monseigneur vous pouvez admirer de nombreux pêcheurs à la ligne sur les platiers sédimentaires ou en apnée le long du tombant (paroi rocheuse sous-marine). Un platier rocheux est une surface plane légèrement inclinée vers la mer, taillée par les vagues et se terminant sur un escarpement de falaise littorale plus ou moins bien prononcée. Ces platiers sont une vraie curiosité géologique et méritent qu'on s'y attarde. Une baignade entre les rochers avec masque et tuba vous permettra d'observer une faune très intéressante : des coraux, des oursins noirs et multiples coquillages, des petites murènes, des centaines de Gobies sauteurs (ou Périophtalmes) et des dizaines d'espèces de poissons tropicaux colorés.

Anse Monseigneur

Platiers sédimentaires

En partant de cette anse on peut rejoindre la plage de Libanona en faisant le tour de la presqu'île du même nom. On longe des petites plages et des platiers sédimentaires qui s'enchaînent. Attention aux pieds et aux mains : prévoir des chaussures pouvant aller dans l'eau car les trous d'eau sont nombreux et certaines roches sont aiguisées comme des rasoirs ! En suivant ce chemin on passe d'abord devant le rocher Amahamasy qui autrefois servait de lieu d'offrandes, puis on arrive à hauteur de l’îlot Tokonosy sur lequel on peut se rendre à marée basse. Nosy veut dire île en malgache et toko veut dire « tas de », ce curieux îlot est en effet une agglomération de rochers entrecoupés de piscines naturelles et de bancs de sable. Au bout de la presqu'île vous avez une vision panoramique de la Fausse-Baie des Galions et vous rejoignez d'autres platiers sédimentaires du côté de la plage de Libanona (côté nord).

Le rocher Amahamasy (à gauche) et les platiers sud de la presqu'île
 
Il est possible de rejoindre directement l'îlot Tokonosy en passant par le sommet de la presqu'île, sous les très nombreux filaos, après le Centre Écologique. En partant de Monseigneur et en parcourant le pourtour de la presqu'île de Libanona, vous pourrez voir des pêcheurs de langoustes déposer des nasses dans les anfractuosités des roches. Ils les fabriquent avec deux bâtons incurvés et disposés perpendiculairement : vous obtenez une demi-sphère avec une face de forme grossièrement carrée... Au centre est déposée une grosse pierre plate en guise de lestage, autour des arceaux de bois est disposé un filet très fin, et les pêcheurs attachent sur la pierre un deda (gros escargots) dont les langoustes sont friandes.


Les platiers sédimentaires qui font face à la plage de Libanona sont spongieux et ressemblent à un vrai gruyère ! Avec le ressac des vagues qui se brisent sur les rochers on dirait un vrai poumon qui respire ! L'endroit est idéal, vu les nombreux trous, pour installer des nasses à langoustes.

De l'Hôtel de ville, on peut prendre l'avenue du Maréchal Foch qui domine le Vieux Port et l'Anse Dauphine jusqu'au Night Club Le Panorama. Cette rue est la plus animée de la ville (en dehors du marché) : c'est tout simplement le centre et la rue principale de Fort-Dauphin. En milieu de matinée on peut admirer, au Vieux Port, le retour des pêcheurs qui rejoignent leurs femmes qui les attendent sur la petite plage au pied de la falaise. Sur leurs pirogues ils s'aident d'une petite voile car les vents dominants dans la baie soufflent presque toujours dans le sens du retour... Partis vers quatre heure du matin, les pêcheurs laissent, une fois les poissons frais déchargés, le soin à leurs femmes d'aller les vendre, dans des paniers en raphia, au bord de l'avenue du Maréchal Foch, juste en face du Tour Operator Air Fort Services.

Retour de pêche

Le Vieux Port et la société "Les Huîtres d'Anosy" installée dans les bâtiments le long du quai

Avenue du Maréchal Foch

Les randonneurs peuvent poursuivre sur la RN12A qui longe la baie et traverser le quartier d'Amparihy. Ils arrivent ensuite au lac du même nom bordé d'oreilles d'éléphants (plantes aquatiques aux très grandes feuilles). Sur les bords de ce lac on a une vision panoramique sur le pic Saint-Louis. Cette étendue d'eau est séparée de l'océan par une barrière de dunes couvertes d'aloès, de sisal et de cactus.

Le lac Amparihy

Ce lac abrite des crocodiles, en voie de disparition, qui se cachent sous les milliers d'oreilles d'éléphants qui y poussent. L'histoire raconte qu'à la place du lac se trouvait jadis un village. Un jour une vieille femme pauvre et assoiffée demande aux villageois de bien vouloir lui donner un peu d'eau. Aucun ne répond à sa demande. La vieille était en fait une sorcière qui, de colère, jeta un sort au village. Elle dit qu'à défaut de vouloir lui donner de l'eau, c'est l'eau qui viendrait à eux. Le village fut recouvert par des eaux vengeresses, créant le lac, et les villageois furent tous transformés en crocodiles ! On peut ensuite escalader les dunes pour revenir par la plage immense qui s'étant jusqu'à la presqu'île d'Evatraha, nivelée par des vagues rugissantes qui parfois explosent sur les épaves de quelques bateaux échoués...

La grande Baie de Fort-Dauphin

L'Anse Dauphine et la Baie de Fort-Dauphin (Faradofay)

De Libanona on peut aussi rejoindre la rue de la Corniche, tourner à gauche pour se diriger vers l'hôtel Le Miramar afin de rejoindre plus loin la rue Circulaire (côté ouest de la ville). Au-niveau de l'annexe de l'hôtel Miramar vous avez une vue sur les deux baies qui entoure la ville, la Fausse-baie des Galions sur votre droite et la grande Baie de Faradofay (l'Anse Dauphine) sur votre gauche.

Vue depuis la rue de la Corniche

Pour rejoindre la rue Circulaire et longer la Fausse-Baie des galions, prendre la petite rue sur la gauche à l'intersection de la rue de la Corniche et de la rue du Général Brûlard (juste après le stade et le bar-restaurant Le Stadium). On longe alors la Fausse Baie des Galions avec, en contrebas, la plage de Faux-Cap.

Fausse Baie des Galions

On peut souvent observer des dauphins dans les eaux chaudes de cette baie. En suivant la rue Circulaire on rejoint la plage d'Ankoba par un petit chemin qui mène également à un petit bar-resto très sympa, "Chez Marceline", où vous pourrez vous détendre et vous rafraîchir. Un peu plus loin une autre petite descente sur la gauche à travers bois serpente vers des petits étangs rattachés au lac Ambinanikely, l'endroit y est paradisiaque. On continue jusqu'à la passe où se jette le lac dans la baie.

Plage d'Ankoba

Lac Ambinanikely

La localité abrite des vestiges de l'architecture coloniale : la rue menant de la Poste à la RN12A, les rues parallèles entre la Baie de Faradofay et la Fausse-Baie des Galions, celles entre l'Hôtel de ville et l'Anse Monseigneur, par la rue de la Corniche, vous permettront d'admirer les témoignages architecturaux du passé. Il ne faut pas hésiter à parcourir le quartier d'Ampotatra, le quartier des pêcheurs, entre le boulevard Numéro 1 et la RN13 (en face de l'hôtel La Croix du Sud) : dépaysement et authenticité garantis !

Pour les amateurs de marche à pied et de trekking, le pic Saint-Louis (529 m) permet d'admirer la côte de l'Anosy de Sainte-Luce au nord à la Baie de Ranofotsy (ou Baie des Galions) à l'ouest : une étendue de 100 km à vos pieds sur les trois mondes de cette région, le ciel, la terre et la mer.

A partir du lac Amparihy on peut poursuivre la RN12A en direction du lac Lanirano, un quartier très sympathique à découvrir. C'est à partir de ce lac que l'on commence en bateau à moteur ou pirogue traditionnelle la randonnée fluviale vers la presqu'île d'Evatraha. Derrière le lac se trouve le quartier de Bezavona où l'on découvre hameau, rizières et bois lovés le long de la pente du Pic Saint-Louis. Bezavona veut dire en malgache "plein de brume" : en effet cet endroit est souvent sous le brouillard, les nuages bas étant stoppés le long de la montagne.

Lac Amparihy à droite et lac Lanirano à gauche, Bezavona au pied des roches (en bas vers la gauche) et la ville en haut à droite

Lac Lanirano

Quartier de Bezavona



Le plus grand marché, très coloré, se situe à la sortie de la ville dans le quartier de Tanambao. On peut y acheter viandes, fruits, légumes, soubiques, tissus et boissons. Les deux pharmacies les mieux pourvues de la ville y sont installées. Vous pouvez vous rendre à la meilleure boulangerie qui est sans conteste celle de l'hôtel Kaleta (boulangerie Le Colbert) à proximité de l'Hôtel de Ville : vous pourrez y déguster des pâtisseries délicieuses et un bon café. Pour les souvenirs vous vous rendrez à la boutique "Au Bout du Monde" (après la Mairie sur l'avenue du Maréchal Foch), bien achalandée et qui offre un choix de produits artisanaux de qualité. Rue de la Corniche, presqu'en face de l'annexe du Miramar, vous trouverez des
produits artisanaux intéressants à Boutic'Arts Malagasy.

Le surf sur les vagues de l'Océan Indien attire des groupes de pros du monde entier et les différents spots de surf de la ville proposent des vagues vraiment grisantes et puissantes selon les dires des habitués des lieux. Les amateurs de surf se rendront soit à l'Anse Monseigneur, la plage de Faux-Cap ou celle d'Ankoba. Si vous êtes amateur ou chevronné, n'hésitez pas à contacter les surfeurs de l'Anse Monseigneur que vous trouverez à "Monseigneur Bay Surf Club" !

Ambiance nocturne

Le soir vous pourrez aller à la discothèque Le Panorama ou celle du Florida, boîtes de nuit très branchées du centre ville qui propose des soirées à thèmes ou des événements spéciaux. Vous pourrez également vous délassez et vous amusez dans des bars typiques malgaches où l'atmosphère est très bonne et très chaude en fin de semaine. Au-delà de ces attractions, on vient surtout à Fort-Dauphin pour goûter à son atmosphère paisible et rafraîchissante, flâner et profiter du temps qui passe. La vie nocturne y est très calme d'une manière générale, très loin de l'agitation du Nord de Madagascar.